La route pour guide et le rêve pour partition.

"N'allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace." Ralph Waldo Emerson

Derniers posts

le Var

Publié le 7/08/2020, par vincel, dans Voyages, Six-Fours-les-Plages

En cette année si particulière où nous avons tous besoin de souffler, nous nous sommes dit que le pourtour méditérranéen serait accessible comparativement à une année classique. Pari réussi en nous installant à Six Fours les plages. Pour certains, Six Fours ne sera pas assez attrayante (son centre ville est à presque 1km du littoral) comparativement à ses voisines Sanary sur Mer ou Bandol mais pour nous, la mer y est aussi belle. Beaucoup vont traverser la commune pour rejoindre le très joli port du Brusc pour embarquer pour l'île des Embiez mais peu vont s'arrêter sur Six Fours comme à la batterie du Cap Nègre pour son cadre et ses roches volcaniques noires.

 

Penser au Var, fais penser souvent d'abord à son littoral.

Evidemment, nous avons fait un tour à St Tropez où il y a toujours pour certains un besoin de se montrer et pour d'autres, le besoin de regarder. Ce n'est pas le premier souvenir qui nous restera de ces vacances.

Comme souvenir du littoral, nous garderons d'abord les 2 îles qui se trouvent juste en face de Six Fours. Celle du Grand Gaou à laquelle on accède avec une passerelle et celle des Embiez où il faut prendre le bateau (même si vous pouvez traverser à marée basse en ayant largement pied entre les 2 îles).

L'île du Grand Gaou est plutôt mystérieuse. De par sa taille, on en fait vite le tour mais elle est intrigante entre ses criques et ses forêts de pin. Nous l'avons visitée plusieurs fois et à chaque fois, nous en avons bien profité entre cadre et baignade. Petite astuce pour ne pas payer le parking, quand vous dépassez juste le Brusc, preneez la montée du Gros Pin puis le chemin des Lauves où vous trouverez des places de parking gratuites et vous êtes à deux pas de l'île. Mais chut, c'est notre secret.

L'île des Embiez

Plus grande et plus touristique que sa voisine. Nous étions partis pour la parcourir en entier. Après avoir découvert les arènes (que peu regardent), nous nous sommes installés à la plage des Allemands et nous y sommes restés tellement l'eau y est cristalline. Par conséquent, je ne peux vous parler très bien du reste de l'île.

La proximité des 2 îles avec le littoral crée une lagune magnifique et calme (les bateaux y sont interdits). Je vous conseille un tour en kayak de mer (les paddles sont aussi au rendez vous) pour y découvrir la posidonie qu'il faut protéger et qui n'est pas une algue mais bien une plante aquatique, endémique de la Méditerrannée.

Nous avons aussi plongé à la calanque de Port d'Alon (parking payant) et la plage de la Coudoulièr. Toutes les deux sont à faire.

Pour l'anecdote, nous avons profité à fond de masques de randonnée palmée d'une marque très connue alors que nous étions plutôt sceptique au départ. Les rochers abritent beaucoup de vie aquatique alors n'hésitez pas et plongez.

 

Qui dit littoral varois dit aussi arrière pays

Les villages y sont très attrayant. Tout le monde va vous parler du Castellet, très joli village mediéval mais avec beaucoup de visiteurs et rempli de boutiques ce qui, à notre goût, gâche quelque peu la découverte. Nous avons bien mieux préféré juste en face la Cadière d'Azur où on se laisse aller au rythme des ruelles en sentant une vraie vie et qui a un point de vue aussi joli (sur la Ste Baume entre autre) que son voisin. Pas très loin, un détour par Evenos s'impose pour un beau village reculé et une belle vue sur les Gorges d'Ollioules (magnifiques et difficiles d'en profiter lorsque vous passez en voiture dedans). A noter que la route qui descend directement d'Evenos dans les gorges est très belle mais d'une largeur d'une voiture et à double sens.

Découverte incontournable avec Cotignac

Magnifique village au pied de son rocher. Pour habiter le rocher en tuf, les hommes ont plusieurs fois modifier le cours de la Cassole qui, autrefois, était en cascade dans le rocher. Une belle montée avec une belle vue pour rejoindre une maison troglodyte permet de bien se rendre compte de ce que peut être une vie dans ces habitations. N'hésitez pas à prendre n'importe quelle ruelle, il y a toujours une belle découverte à regarder.

A noter pas très loin, Carcès et son joli lac (réservé aux pêcheurs).

 

 

Autre découverte incontournable l'Abbaye du Thoronet

Avec Senanque et Silvacane, elle est l'une des trois abbayes cisteriennes de Provence. Le lieu est épuré et reposant. Une magnifique visite.

 

Nous avons visité Zoa, le parc animalier et exotique de Sanary sur Mer.

On y apprend beaucoup (j'ai y découvert le Rat des nuage, animal assez intrigant), on y côtoie des paons dans les allées et on oublie très vite la proximité immédiate de l'autoroute A50.

Quand on vient dans le Var, il est obligatoire de faire une visite au Village de tortues de Carnoules.

On y découvre beaucoup de tortues avec la Tortue Herreman, la star locale.

Aller au village c'est apprendre beaucoup mais c'est aussi soutenir le centre de soins qu'est le village car ils y soignent toutes les tortues blessées qu'on leur amène pour les réintroduire dans leur milieu naturel.

 

Nous n'avons pas pu tout faire (un toulonnais nous dira sûrement qu'on ne peut comprendre le pays toulonnais sans avoir fait leur Mont Faron) mais nous revenons heureux de ce que nous avons fait et vécu durant ces vacances.


Dis Papi, je comprends rien à mon cours d'histoire sur le Renouveau 2021

Publié le 2/04/2020, par vincel,

2060

-"Papi, toi qui l'a connu, tu peux m'expliquer le Renouveau 2021 qu'on suit en ce moment en cours d'histoire."

-"Ah, Renouveau 2021 reste pour l'histoire une période vertueuse mondiale. Mais pour la comprendre, il faut revenir en arrière. Jusqu'à 2019, le monde était insouciant, matérialiste et égoïste. Le plus importante était d'avoir la dernière technicité à titre individuel (rends toi compte, il y avait à l'époque plus de téléphone portable en France que d'habitants et la moyenne de renouvellement était de moins de 2 ans) sans se soucier que la technicité commune avait beaucoup de mal  à suivre. On appréciait de pouvoir partir en tant que touriste sans se soucier de nos conséquences à l'environnement local que nous visitions (des énormes paquebots de croisière circulaient dans Venise en fragilisant les fondations de la ville). Le jour du dépassement mondial annuel (jour où nous dépassons en consommation ce que la terre peut produire en une année) ne cessait de s'approcher du début de l'année. Alors, des personnes nous disaient bien "attention, qu'allons nous laisser comme terre à nos enfants ?", "attention, il vaudra mieux ne pas être malade demain car cela se tend très fort dans le milieu médical", ... mais nous n'écoutions et n'entendions pas. Et là, la possibilité de connaître ce qu'il se passe dans le monde entier nous apprend qu'un virus est apparu à l'autre bout du monde. La ville ayant été confiné très rapidement, tout va bien nous dit-on. Ce virus ne peut pas venir chez nous en Europe. Pour autant, il réussit à arriver. C'est pourquoi, en 2020, nous nous sommes retrouvés en confinement à la maison avec interdiction de travailler pour beaucoup, pas d'école physique pour tes parents mais école à la maison et restrictions fortes sur les déplacements. Cela a duré longtemps mais le monde (avec une entraide et une unité pas vu depuis longtemps) a réussi à venir à bout de ce virus. 

 Ayant redécouvert la beauté de la nature sans pollution (le fond des canaux de Venise visible, certaines villes ont redécouvert le bleu intense du ciel qui a repris sa place par rapport au bleu pâle habituel,...) grâce au confinement, nous avons compris, au moment de repartir, qu'il fallait se jeter à l'eau sur de nouvelles bases pour ne pas reconstruire les mêmes erreurs en se rappelant Gaston Berger disant "Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu'à inventer. ". Cette période de confinement nous a ouvert les yeux sur le fait que nous ne vivons pas les uns sur les autres où seuls les meilleurs nageurs s'en sortent mais que nous vivons les uns avec les autres, avec des métiers peut être différents mais tous indispensables à la bonne marche de la vie commune. Le confinement nous a ouvert les yeux sur le fait que l'aventure et le dépaysement peuvent commencer au bout de la rue du moment que l'on franchit les limites de notre quotidien. Nous avons réappri les mots, en particulier, partage, respect  et bien commun. Nous sommes Ok avec le fait que comprendre n'est pas obligatoirement accepter. Si on veut qu'une situation ne se reproduise pas, il faut comprendre comment elle a pu se mettre en place. Enfin, nous avons, depuis, complètement assimilé l'effet papillon que tu connais bien."

-"Bien sûr, Papi, ce qui se passe quelque part peut avoir par ricochets, des conséquences sur mon quotidien. Je ne veux pas que cela arrive donc je fais attention à ce que je fais pour ne pas porter préjudice à d'autres"

 

Utopie..., l'avenir le dira

Au 17ème jour de confinement, il est difficile de voir une sortie à cette situation. Le moral vacille entre ancien monde (je surstocke pour ne pas manquer mais sans me demander si les autres pourront y avoir accès et au risque de jeter, je n'hésite pas à demander à ma voisine du corps médical de déménager car c'est sûr elle ne doit pas se désinfecter et toucher trop de parties communes de l'immeuble,....) et un monde plus vertueux à inventer (je félicite et encourage le personnel médical en applaudissant en même temps que mes voisins dont le contact manque, les courses suspendues sont en train d'apparaître (si je peux acheter, j'achète pour ceux qui ne peuvent pas,...)  comme à Naples où les paniers suspendus sont à disposition dans la rue,....)


2019

Publié le 7/12/2019, par vincel, dans Voyages, Pays Basque

2 voyages aussi différents que beaux durant cette année

Paris

Ces quelques jours parisiens, nous avons essayé de les regarder avec un regard enfantin. Nous avons d'abord été à la Grande Galerie de l'Evolution où à tout âge vous découvrez l'évolution de la vie animale et l'interaction avec l'être humain (l'espace des animaux disparus peut créer un certain malaise). Prenez aussi le temps d'observer le lieu, magnifique hall (inauguré en même temps que la Tour Eiffel) avec 3 galeries en balcon et une verrière de plus de 1000m2 qui éclaire l'espace.

Qui dit enfant dit Disneyland

Très pratique d'accès en RER puisqu'on plonge dans l'ambiance dès la sortie de la gare. Il y a en fait 2 parcs. Nous avons passé la journée uniquement dans l'historique ce qui nous a permi de bien en profité. Evidemment, les enfants sont aux anges mais les adultes profitent aussi. L'organisation est bien rodée ce qui permet de ne pas trop attendre. Chacun fera sa liste d'attractions préférées mais tout le monde attend le clou de la journée avec la grande parade qui est sympa à voir et fait prendre conscience du monde qu'il peut y avoir dans le par. On a même vu l'envers du décor puisqu'on s'est retrouvé coincé dans une attraction et ensuite évacués par les coulisses. 

Qui Paris dit évidemment Tour Eiffel

La Tour Eiffel est incontournable du haut de ses 130 ans et la vue y est toujours magnifique à tous les étages. Juste en face, nous avons profité de l'Acquarium qui, en plus d'être interressant, est parfaitement accessible aux personnes à mobilité réduite et permet de manger face à un immense acquarium. Nous avons aussi fait une croisière spéciale enfant où tout en chanson, on a mieux appris qu'avec un audio-guide.

Nous avons pu également profité d'une exposition rare avec celle de Toutankhamon et certains objets de sa tombe.

 

Le Pays Basque

Ongi Etorria Euskal Herrira

Bienvenue au Pays Basque

Je commencerai par vous raconter nos incontournables avec

La Rhune

Visible depuis l'océan, beaucoup y montent (à pied ou en train à crémaillère qui a fêté ses 95 ans cette année) pour la vue du sommet, marcher sur les traces de l'impératrice Eugénie ou pour les pottoks (poneys sauvages) qui vous attendent au sommet. Malgré la foule au départ et à la ventas (eh oui, vous êtes en Espagne là haut) au sommet, le reste du plateau sommitale est calme et silencieux. A faire.

Les Grottes d'Isturitz et Oxocelhaya 

Se trouvant dans l'arrière pays, c'est un ensemble de grottes magnifiques (où les photos sont interdites) mélangeant la vie préhistorique et concrétions calcaires.

 

Nous avons eu un vrai coup de coeur pour le Marais d'Orx qui se trouve juste de l'autre côté de l'Adour dans les Landes. A 2 pas de la route principale et du tumulte touristique, on y est dans un calme intense et reposant. Rendez vous compte, on peut y écouter le silence. Un sentier (pas toujours ombragé, attention à la chaleur) découverte (en partie accessible aux personnes à mobilité réduite Clin d'oeil) rythmé par des observatoires permet de voir, entre autres, des spatules blanches (échassier) ou la Cistude (tortue appelée aussi boueuse).

Nous avons bien profité du Château d'Abbadia (magnique demeure, signée Viollet le duc et Duthoit, qui domine, façon château écossais, une partie non construite du littoral et qui est consacré en partie aux sciences et à l'observation des étoiles) et du Château des énigmes à Laas (situé en Béarn, château qui propose de parcourir le jardin avec des énigmes sur les mousquetaires, parfait jusqu'à 12 ans).

En chemin vers Laas, arrêtez vous à Sauveterre de Béarn (où d'ailleurs nous avons trouvé notre meilleur gâteau basque du séjour à la boulangerie de la rue principale) pour admirer le Pont d'Oreyte.

Nous avons eu plus de mal à profiter des touristiques mais tumultueuses St Jean de Luz, Biarritz (qui a un très bel aquarium bien construit et climatisé, pratique quand il fait près de 40° à l'exterieur), Hendaye, St Jean Pied de Port, Cambo les Bains ou encore Espelette.

N'oubliez pas que l'histoire ne s'écrit pas seulement avec un grand H. Certains diront que si ce n'est pas écrit dans un guide, c'est que c'est un détail mais ce genre de détails a parfois influencé la construction de l'histoire et l'âme d'un lieu.

Quand vous êtes au pied de la rue principale du très beau village de La Bastide Clarence et que vous voyez des bancs en pierre, n'oubliez pas qu'à l'époque sur ces taoulés, les femmes y fabriquaient les bérets de la marine de Bayonne.

Quand vous êtes proche d'une église, regardez bien, vous trouverez toujours la porte des Cagots. Les Cagots (d'abord les lépreux puis au fil du temps, les gens simplement différents) avaient le droit de venir à la messe mais avaient leur porte personnelle pour se tenir le plus loin des autres et de l'autel. Heureusement, cette discrimination a disparu mais les portes (murées ou en bois) sont là pour rappeler cette histoire. Egalement, il est à noter que les églises au Pays Basque ont des balcons pour éviter de construire des églises plus grandes et plus coûteuses lors de l'accroissement de la population au XVI° siècle.

 

Evidement, au Pays Basque, vous vous apercevez vite qu'il est difficile de trouver un terrain de foot mais qu'il ne manque pas de fronton de pelote basque. On imagine vite que tout le monde tape dans une pelote quand arrive la fin d'après midi. Très beau à voir. Arrêtez vous aussi dès que vous voyez un trinquet. Avec l'un ou l'autre, vous ressentez vite qu'ici, on vie la pelote.

 

Au niveau sport, 3 épreuves avec les 10km d'Annecy (toujours agréable de courir le long du lac), la Color'Annecy (tout le monde y a la banane) et les 24h du Mans en vélo. Magnifique épreuve à faire sur le circuit Bugatti. Lancez vous en équipe pour vivre pleinement cette endurance avec les envies et les doutes (Manger? Pas manger? Dormir ou pas?...) et une ambiance très sympa entre les coureurs et dans la nuit. Magnifique orée du jour. Une certaine sensation de manque arrive lorsque c'est fini. Ai je bien profité? Vraiment une magnifique experience à vivre et ainsi faire soi l'expression de Charles de Gaulle

         "Entre possible et impossible, deux lettres et un état d'esprit".

2 stations de ski découverte avec la Sambuy (ambiance belle vue) et le col de Plainpalais (ambiance plus historique avec des pistes qui serpentent au milieu des bois) qui offrent un vrai niveau de ski (à ne pas mettre entre toutes les spatules)


Il est où le bonheur?

Publié le 9/11/2019, par vincel,

"La joie est en tout, il suffit de savoir l'extraire"

                                                                   Confucius

"Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages"

                                                                  Jules Barbey d'Aurevilly

Depuis longtemps, on nous laisse penser que le bonheur s'obtient en ayant une certaine expérience de la vie (ou un certain âge) et qu'il serait plutôt materiel. Il est grand temps d'ouvrir les yeux pour s'apercevoir que le bonheur peut arriver à tout âge et en toutes circonstances. Comprendre qu'il vaut mieux réussir sa vie (et ça commence maintenant) plutôt que réussir dans la vie et ainsi ne plus seulement voir le bonheur chez les autres mais d'abord savoir regarder son propre bonheur.

Atteindre le bonheur nécessite d'ouvrir les yeux différement sur la vie qui nous entoure, savoir venir (ou revenir) vers la simplicité et oublier la facilité.

Pour cela, il faut d'abord reprendre conscience de ce que l'on a, avant de penser à ce que l'on a besoin (qui n'a rien voir avec ce qui est nécessaire, comme respirer, par exemple). Souvent, on peut entendre "je n'ai pas de temps libre". Mais que veut dire "temps libre" avec par exemple la marche qui serait libre lorsqu'il s'agit d'une ballade contemplative et qui serait contrainte lorsqu'il s'agit d'aller à pied à son travail. Sachons prendre du temps pour regarder notre environnement quotidien pour ne plus s'extasier d'un paysage seulement loin de notre quotidien et pour cela sachons quitter la facilité d'une trottinette électrique pour la simplicité de la marche.

C'est comme en cuisine. On n'est pas obligé de faire de la grande cuisine mais prendre du temps pour faire la cuisine n'est pas seulement bon pour la santé physique (on s'est ce que l'on met dedans) mais c'est tellement bon pour le moral parce que c'est nous qui l'avons fait. 

 

 

Pour finir, il est important de rappeler qu'un verre à moitié plein est mieux qu'un verre à moitié vide.

Opposer les deux n'est pas faire un choix entre l'optimisme et le pessimisme.

Choisir le verre à moitié vide est en vouloir toujours plus. Cette ambition peut surtout mettre en valeur les limites (physiques ou législatves) qui contraindraient et empêcheraient de remplir le verre au lieu de mettre en avant les possibilités réelles déjà accessibles.

Choisir le verre à moitié plein montre la compréhension de l'Histoire qui a amené l'espace auquel on a aujourd'hui accès. La personne qui choisit ce verre ne manque pas spécialement d'ambition et sait que les limites existent pour le respect entre chacun et non pour entraver l'humain. Choisir ce verre s'est mesurer et prendre en compte les évolutions positives, dans un temps parfois long, de certains sujets même si des améliorations sont encore possibles (rien n'est immuable). Choisir ce verre montre que l'on a conscience qu'une révolution douce est une révolution durable.


2018

Publié le 8/12/2018, par vincel, dans Voyages, Saint-Pétersbourg

Un proverbe rappelle que "Si tu ne sais pas où tu vas, souviens toi d'où tu viens." Il est donc important de connaître ses origines. 

Direction Saint Pétersbourg sur les traces natales de mon grand père.

Pierre le Grand voulait permettre à la Russie "d'ouvrir une fenêtre sur l'Europe". Plus de 300 ans après avoir été fondée, Peter (comme l'appelle les russes) est une fenêtre à la fois historique, moderne et intense. Vraiment à voir.

Les palais sont nombreux et magnifiques. Les églises orthodoxes (dont les sublimes cathédrales Notre Dame de Kazan, Pierre et Paul, Saint Isaac, 3ème plus vaste d'Europe, ou encore Saint Sauveur sur le Sang Versé) montre le côté très pieux des russes. Nous n'avons pas fait le tram (que l'on prend au milieu de la rue) mais nous avons pris le métro qui nous fait passer sous la Neva. Impressionnant de descendre à plus de 50 ou 60m de profondeur. On ne mange pas pour trop cher.

Aller à Peter ne peut se faire sans faire le musée de l'Ermitage et aller à Peterhof.

Peterhof se trouve à une trentaine de kilomètres de Peter. Vous pouver y aller en train ou en bateau, solution choisie, ce qui vous permet de voir la ville depuis le fleuve. Lundi oblige, nous avons vu le palais depuis l'extèrieur et ses jardins. Déambulant dans les jardins, on comprend très bien pourquoi certains l'appellent le Versailles Russe (l'un voulant être plus grandiose que l'autre). Nous avons trouvé le côté ouest plus calme que le côté est.

L'Ermitage, qui est en deux parties séparées par la place du Palais, est magnifique et grand. D'un côté, le palais d'hiver regroupant les oeuvres plutôt historiques (vous êtes dans un palais, n'oubliez pas d'observer aussi le lieu et ne loupez pas entre autre la chapelle) et de l'autre, le palais de l'état major avec les oeuvres plus contemporaines et un lieu grandiose dans sa modernité. Dans l'un vous composerez avec la foule ce qui contrastera avec le calme de l'autre. Profitant d'un billet combiné, nous avons fait les 2 dans la même journée ce qui fait presser le pas pour avoir la sensation d'en avoir bien profiter.

A refaire avec un billet combiné

mais plutôt un musée par journée.

Nous avons pu y vivre le 9 mai qui  marque la fin de 39-45 en Russie mais qui marque pour les russes la fin de la guerre patriotique. Pour celui qui veut ou pas connaître un sentiment patriotique, il faut vivre cette journée. Toute la ville est dehors pour le défilé militaire au sol puis aérien. Les vétérans sont acclamés comme des rock stars. Mais surtout, on comprend un peu ce patriotisme russe avec la marche du bataillon immortel sur la perspective Nevski. Imaginez les Champs Elysées noir de monde, défilant, chantant, criant et brandissant les photos des aïeux morts ayant fait une guerre. Impressionnant.

 

Pour savoir d'où l'on vient, il est aussi nécessaire de se poser et d'arrêter un instant.

Pour cela, nous avons passer un week-end dans les contreforts du Pilat où les bruits sont plutôt rares ce qui permet franchement de se 

ressourser. Nous y avons fait une partie de la Via Fluvia (piste cyclable qui va bientôt rejoindre la Loire au Rhône) à Riotord où vous entendez que les bruits de la forêt et de vos roues. Même si nous avons retrouvé de la vie active au Safari de Peaugres, l'ambiance est plutôt respectueuse du lieu, des animaux et des personnes qui y travaillent. Il est à noter évidemment que les enfants sont aux anges mais que les parents apprennent aussi (comme l'histoire de la reproduction controversée du tigre blanc en captivité).

Autre lieu de détente avec le lac de Barterand entre Belley et Culoz où (le jour où on y était) le calme règne. Une petite plage permet la baignade, un chemin permet de profiter du bord du lac avec une sculpture orignale dans la roche. Un lieu méconnu, apaisant et reposant avec les nénuphars et les fleurs qui flottent sur l'eau. A découvrir.

Alors oui, il faut mordre dans la vie à pleines dents mais il faut absolument prendre le temps de mâcher. 


Et si le respect était de faire autant attention à l'envers qu'à l'endroit car l'un n'existe pas sans l'autre?

Publié le 17/10/2018, par vincel,

Pour mettre en valeur cette question, deux photos du même lac.

Côté face, une magnifique photo devant un lac très calme et reposant. 

 

 

 

 

 

 

 

Côté pile, un lac qui, pour diverses raisons, a vu son niveau baisser de plus de 60 cm par rapport à celui habituel.

Ces photos pour mettre en avant le besoin de se poser la question "le besoin de mettre en avant le côté face ne se fait-il pas au détriment du côté pile?". Un peu de "Face, je gagne et pile, tu perds".

Avons nous bien tous conscience que tous nos actes ont des conséquences sur l'environnement que celui-ci soit à des milliers de kilomètres de chez nous ou au bout de la rue, ainsi que sur ceux qui y habitent et donc nous même?

Oui, je reconnais que cette phrase est un peu facile mais je ne suis pas sûr que tout le monde est bien cela en tête.

Pour cela, il faut bien avoir en tête que "Le passé est un phare et non un port" (proverbe russe) et que "Nous n'héritons pas la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants" (Antoine de St Exupéry).

Rien n'est immuable, ce n'est pas parce que cela n'a pas marché jusqu'à maintenant que cela ne marchera jamais ou inversement, ce n'est pas que ça a marché et que ça marche encore, qu'il n'est pas nécessaire de se poser la question de savoir si cela marchera toujours demain. Le changement n'est pas obligatoirment pervers.

Aujourd'hui, on nous demande de changer.

On nous demande d'être aussi exigeant avec nous même qu'avec les autres (comme par exemple, faisons nous autant attention à nos déchets à la maison qu'en vacances et ainsi respectons nous les personnes qui vivent sur notre lieu de vacances comme nous aimerions être respectés par les personnes qui visitent notre lieu de vie?). On nous demande de remettre à sa juste place la voiture, c'est à dire un moyen de locomotion avec un seul code de la route et non une valeur de réussite sociale avec chacun ses règles. On nous demande d'accepter enfin qu'on ne peut pas voir tout du Monde et que les vacances ne sont pas faites pour consommer du temps et de l'espace (pour réussir ses vacances, est-il nécessaire de plier ses bagages à 7 heures du matin dans un hôtel et de les déplier à 21 heures dans un autre en ayant empilé les sites dans la journée. D'ailleurs est-il nécessaire de faire un pays ou est-il nécessaire d'aller dans un pays pour le vivre? Perso, je préfere aller dans un pays que faire un pays car je ne pourrais jamais le comprendre en 15 jours de vacances). On nous demande de comprendre enfin que se simplifier la vie nous permet de mieux profiter de celle-ci (qui est longue, je le rappelle; c'est l'humain qui se la raccourcit en oubliant la patience). ...

Il ne faut pas oublier que les vieilles pierres se trouvent dans le passé; elles nous racontent l'histoire et nous donnent l'experience pour comprendre le présent mais ce sont les rencontres vivantes qui font l'avenir.

Ok, je suis prêt à changer car je sais que l'immédiateté joue avec nos émotions et empêche nos réflexions et je ne veux plus regarder une photo sans avoir conscience de ce qu'elle ne montre pas.

Et vous?

 


2017

Publié le 18/08/2017, par vincel, dans Voyages, Fouras

La belle Charente-Maritime

Basés à Fouras, belle cité balnéaire situé entre Rochefort et la Rochelle où le bord de l'océan y est très agréable avec les carrelets (cabane de pêcheurs) avec une retenue d'eau de mer pour se baigner à marée basse et vue sur Ford Boyard.

Nous avons parcouru le bocage avec une visite à Brouage, très intéressante visite, et à l'île Madame. Deux journées sur l'île d'Oléron nous ont été nécessaire pour profiter du lieu. Une première où nous avons parcouru l'île en passant par la citadelle de Château d'Oléron, en étant réellement seul sur la plage de Bellevue (plage qui touche la réserve intégrale du même nom) dans un silence à n'entendre que le calme de 

l'océan, en profitant de la plage aux Sables Vigniers où se trouvent des écluses à poissons (construction humaine faisant partie du patrimoine insulaire), en observant Fort Boyard depuis Boyardville (vous ne serez pas tout seul) et en profitant de la vue au sommet du phare de Chassiron (visite incontournable du Nord de l'île). La seconde nous a fait prendre le très connu mais intimiste P'tit train de St Trojan, situé au sud de l'île. Il emmène au Pertuis de Maumusson pour se baigner dans des baïnes à marée basse et à la plage de Gatseau, magnifique plage mais avec du monde. Ne surtout pas oublier d'aller voir la plage de la Boirée à St Denis avec son alignement de cabines de bain.

Nous avons moins aimé l'île de Ré qui est très jolie et qui permet la chasse aux palourdes à marée basse mais qui, étant plus petite, nous est apparu plus difficile à s'approprier car beaucoup plus de monde et moins d'endroits intimistes.

Nous avons fait l'Aquarium de la Rochelle par temps ensoleillé ce qui nous a permis de bien profiter à l'intérieur de tous les animaux marins car pas trop de monde. Une visite dans la ville toute proche s'impose. Un détour par la longue et belle plage de Châtelaillon avec les maisons face à l'océan qui portent toutes le nom des enfants des constructeurs sauf une qui est la maison sans nom à cause de la perte de l'enfant unique. Une visite à Rochefort avec l'histoire de la Corderie et l'Hermione est obligatoire. Pour agrémenter la visite, vous pouvez même vous essayer à la vie de marin avec l'Accro-Mât qui permet de se ballader entre trois mâts avec passerelles et ponts de singe. Sensations assez garanties surtout si un grain marin se lève quand vous y êtes.

Mais la Charente-Maritime n'est pas seulement maritime avec le bord de l'océan mais aussi belle à l'intérieur des terres avec beaucoup de châteaux entre autres. Nous nous sommes déguisés au château fort de St Jean d'Angle pour profiter d'une visite ludique avec questionnaire, les enfants adorent. Nous avons visité le château de la Roche Courbon avec un très beau jardin, une exposition de vieux jeux en bois et une ballade en forêt parlant de préhistoire. Nous sommes passé à côté du château de Crazannes où habitait le marquis de Caravaz qui a inspiré à Charles Perrault, le marquis de Carabace dans le Chat Botté.


 

Côté ballade, je vous conseille 

la cascade du Voile de la Mariée pour une ballade magnifique et intimiste dans le vallon du Nant de l'Eau salée (entre Chapeiry et St Sylvestre). Randonnée familiale très esthétique à faire dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pour ne pas faire à la montée la côte raide sous l'église de St Sylvestre. Une parenthèse très rafraichissante et verte dans le pays de l'Albanais.

le belvédère de la Cauche (depuis Ontex) avec une montée peut être un peu raide mais une vue magnifique sur l'avant pays savoyard et surtout des vues plongeants sur le lac du Bourget qui oblige à une baignade après la ballade.

 

Côté découverte, je vous conseille d'aller skier au Mont Saxonnex. Une station authentique avec un domaine peut être restreint mais d'une très belle qualité de ski et de neige mais attention à la "fraicheur". N'oubliez pas ces stations que certains appelent petites ou familiales car elles ont de très beaux domaines et des saisonniers ou même des bénévoles passionnés qui se battent pour faire vivre leur station.


2016

Publié le 4/08/2016, par vincel, dans Voyages,

En cette année, nous avons pu découvrir un logement insolite.

Et quel magnifique logement insolite avec la Caravelle.

La Caravelle qui fut le premier avion à mettre ses moteurs (des réacteurs Rolls-Royce) non plus sur les ailes mais sur le fuselage. Le 16 avril 1959, pour démontrer sa finesse, un vol plané (oui, j'ai bien dit plané) fut réalisé entre Orly et Dijon.

Nous avons trouvé cette caravelle dans les contreforts des Vosges versant ouest (à une trentaine de kilomètres de Remiremont). L'espace est très spacieux et si des 2 espaces, vous choisissez l'espace avant, vous avez accès au cockpit. Le bonheur pour les enfants... 

Avec cette caravelle, vous avez accès à un parc d'activités où les activités ne manquent pas. Imaginez une canopée, un toboggan aquatique et des labyrinthes entre des pierres, des saules, dans des tranchées,... où les rébus et les énigmes ne manquent pas. Mais une activité est, à mon goût, particulièrement bien trouvée: le Sentier pieds nus.

Imaginez près de 2km à faire avec un vrai contact avec la nature, celui du sol. Un peu d'attention à avoir pour savoir où mettre les pieds et vous voilà en train de marcher sur des épines de pins, des fonds de bouteille, dans la boue jusqu'au genoux,... tout en regardant des sculptures sur des rochers. Expérience validée par tous les âges.

Un dernier point pour finir. Trouver des lieux de restauration n'est pas simple, pas trop de souci à Plombières les Bains, par contre, très compliqué voir impossible à Bains les bains et Fontenoy. Vous pouvez aller sans souci car d'un très bon rapport qualité prix à l'Auberge du Coney entre Hautmongey et Bains les bains

 

Côté sport, course de ski de fond avec le Marathon des Glières, montée matinale du Semnoz pour aller voir le lever du soleil en montagne (toujours un grand plaisir) et découverte d'une belle course automnale à Genève : le R.E.R. Le Run Evasion Rhône qui est une très belle course nature qui longe le Rhône en vous faisant complètement oublier la ville, à faire.

 

Côté ballade, découverte du Mont Cordon (dominant le Rhône) et d'un nouveau chemin pour le Taillefer au-dessus du lac d'Annecy. 2 coups de coeur avec la Chapelle de Ligny (ballade familiale idéale à côté de Rumilly) et avec les arêtes de Rochefort obligé d'être encorder, vous profitez des contreforts de la Tournette et le lac d'Annecy à vos pieds.


2015

Publié le 9/09/2015, par vincel, dans Voyages, Vendée

Cette année, nous avons pu faire 2 voyages

Paris

Nous y étions en Mars. On découvre toujours quelque chose à faire à Paris. Nous avons découvert le musée Picasso, nous avons apprécié la visite du cimetière du Père Lachaise (une halte reposante qui contraste avec la frénésie de la ville), nous avons admiré la Sainte Chapelle. Une station de métro originale pour finir avec la station Arts et Métiers sur la ligne 11 façon Nautilus et un plaisir de voir l'envers du décor d'une émission de radio.

 

Vendée 

Basés dans une partie tranquille de St Jean de Monts, nous avons découvert la Vendée sous différents points:

- Point de vue venteux avec le Jardin du Vent de Notre Dame de Monts qui permet de "comprendre" un peu le vent. Vraiment à faire avec des enfants, il y a également des activités tel que contes en musique,...

- Point de vue tradition avec la Bourrine du Bois Jucaud dans les environs de St Gilles croix de Vie qui raconte la vie traditionnelle au début du 20ème siècle avec ses maisons en terre et ses toits en roseaux.

- Point de vue horizon avec Kulmino qui est un château d'eau où l'on peut monter au sommet pour avoir une magnifique vue sur le marais, la dune et l'océan.

- Point de vue tradition avec les maisons traditionnelles et le Moulin de Rairé qui est le dernier moulin de Vendée à fonctionner avec le vent, très instruvtif et sympa à faire car ils font une brioche (maison) super bonne arrosée d'un très bon cidre.

- Point de vue insulaire avec visite de Noirmoutier où il faut passer le Gois (toujours très beau), aller se perdre à l'Epine, l'Herbaudière ou encore le Grand Viel, faire un tour (où vous ne serez pas tout seul) au Bois de la Chaise, visiter l'Île aux Papillons où des papillons de toute sorte et couleur voleront autour de vous. Noirmoutier est bouché uniquement pour avoir accès à Noirmoutier en l'île, tout le reste de l'île vous êtes plutôt tranquille.

- Point de vue nature avec Biotopia à Notre Dame de Monts où est expliqué comment protéger la dune et sa faune et flore. Très instructif. Passage également à la Corniche Vendéenne avec du monde mais c'est bien de voir un peu de cailloux à la place du sable.

- Point de vue histoire avec Le Puy du Fou qui est impressionnant d'un point de vue technique, récit historique, gestion du flux (plus de 10000 personnes par jour tout l'été). Du monde donc mais le parc a été élu meilleur parc du monde avec des spectacles vraiment très travaillés. Vraiment à faire même si il est très difficile de tout faire en une journée. Attention, différence parfois entre les horaires d'ouverture du dépliant (10h avec le très gros flux) et réel (des spectacles commencaient à 9h30).

 


Au niveau sportif, cette année, j'ai pu réaliser la montée nocturne (pour la seconde fois) du Semnoz pour voir le lever du soleil ainsi que la Color'Annecy qui, pour une première édition, a tenu toutes ses promesses. Cela a été une promenade des plus colorée dans une superbe ambiance. A refaire.


La carte des lieux visités


Mes albums photos

Catégories

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog